UMF IASI - THE BEST WAY TO STUDY MEDICINE IN ROMANIA

01 - La Faculté de médecine - PRESENTATION

 

 

 ----------------------------------------------------------

 https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/admissions_UMF_2016_01.jpg

https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/girophare_anime_01.gifles inscriptions / admissions 2016 / 2017 .... https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/girophare_anime_01.gif

LES DERNIERES NOUVELLES

actualisées à la date du 28/05/2016

----------------------------------------------------------

Audio Ainsi parlait Zarathoustra

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    RADIO-U live  

  https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/on_air_02.jpg

La faculté de médecine  (https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/oeil_01.gif  voir sa situation sur le plan de IASI) est une des composantes de l'Université de médecine et de pharmacie de Iași.

 

C'est la plus ancienne faculté de médecine de Roumanie et la plus importante par le nombre d'étudiants qui y est inscrit (toutes nationalités confondues, soit plus de 70 !).

C'est aussi la faculté de médecine de Roumanie qui compte le plus d'étudiants francophones inscrits à ses effectifs.

Par ailleurs, comme le souligne dans un reportage  Radio România Internaţionalen rapportant le nombre d’élèves et d’étudiants des Universités de IASI au nombre d’habitants de IASI, on constate que cette ville compte une des plus importantes populations étudiantes d’Europe.

 

3 filières pour 3 langues d'enseignement

3 filières d'enseignement y existent actuellement :

- une filière où l'enseignement est assuré en roumain, de 100 places par année ;

- une filière où l'enseignement est assuré en anglais, de 100 places par année (c'est la première filière en langue étrangère créée au sein de la Faculté de médecine de Iași) ;

- une filière où l'enseignement est assuré en français, de 100 places par année. Cette filière a été "éclatée" à compter de l'année 2014 en 2 filières de 75 places chacune vu l'afflux de candidats francophones (plus de 500 dossiers de candidatures reçus en 2013).

 

une tradition de multiculturalisme

Les étudiants en médecine de la Faculté de médecine de Iași, depuis la création des filières d'enseignement en langues étrangères, sont venus des 4 coins du globe, tout particulièrement dans la filière en langue anglaise. Actuellement, dans cette filière, les étudiants sont originaires de plus de 70 pays différents, dont les Etats-Unis, le Canada anglophone, l'Inde, la Chine, le Japon ...

La diversité des origines est moindre dans la filière francophone, les étudiants étant, pour cette filière, essentiellement originaires de France et des pays francophone du Maghreb (Maroc et Tunisie) et d'Afrique noire.

N.B. : pour plus de détails sur le recrutement de l'UMF IASI, vous pouvez vous reporter à la page présentant l'UMF IASI " L’UNIVERSITE DE MEDECINE ET PHARMACIE")

Ce multiculturalisme est perçu comme une richesse par la Faculté et a été par exemple le thème de la journée inaugurale de septembre 2013, qui marque l'ouverture solennelle de l'année académique (à l’occasion de cette journée, après les discours des autorités religieuses, civiles et académiques, et après la présentation des 70 drapeaux des différents nationalités représentées à la Faculté, un  concert de musique classique est habituellement donné sur le parvis de la Faculté, suivit le soir d'un spectacle plus "moderne" [groupe rock ou ballets modernes], le tout étant clôturé avant minuit par un grand feu d’artifice tiré en l’honneur des étudiants).

 

La Faculté de médecine de Iași est certifiée selon la norme qualité SR EN ISO 9001:2001.

La norme ISO 9001 définit une série d’exigences concernant la mise en place d’un système de management de la qualité dans un organisme. Sauf erreur, en France, seule Faculté de médecine Paris-Sud (Kremlin - Bicêtre) possède cette certification.

https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/UMF_IASI_ISO9001_01.jpg

----------------------------------------------------------

 

“Label CIDMEF”  --  Conférence Internationale des Doyens des facultés de Médecine d'Expression Française

 

La Faculté de médecine de l'Université de Médecine et Pharmacie "Grigore T. Popa" par ailleurs reçu cette année pour la 2ème fois consécutive de son histoire (2006 puis 2014) le “Label CIDMEF”, certificat de qualité et de performance, reconnaissant le haut niveau de son enseignement, de la part du Conseil de la Conférence Internationale des Doyen des facultés de Médecine dExpression Française (CIDMEF).

 

La visite d’inspection a été réalisée par un comité de personnalités internationales membres de la Conférence Internationale CIDMEF (recteurs, doyens et enseignants des universités francophones les plus prestigieuses, dont celles du Canada, de Belgique et de France.

 

Pour en savoir plus, cliquer  ICI

 

 ----------------------------------------------------------

 

La Faculté de médecine de Iași entretient des rapports privilégiés avec le milieu universitaire français.

En particulier avec la Faculté de médecine d'Angers et de Nantes.

Depuis 2011, au cours d'un semestre de L3, coordonné par l’Université d’Angers et l'Université de Nantes, un programme médical enseigné entièrement en anglais (Joint Program for European Medcal Studies) permet aux étudiants français de suivre un semestre d’études complet constitué de cours magistraux dispensés par des professeurs et chercheurs européens, de travaux dirigés en petits groupes, de présentations personnelles et d’un stage de 5 semaines dans un laboratoire de recherche.

Ce nouveau programme a été établi en collaboration avec un consortium de partenaires étrangers parmi lesquels les universités de Szeged (Hongrie), Amsterdam (Pays-Bas), Cluj-Napoca  - Iași - Timisoara (Roumanie), Naples (Italie).

Sa vocation est d’offrir aux étudiants français et étrangers un enseignement de la médecine européenne avec des professeurs invités de renommée internationale, avec un large réseau d’universités partenaires européennes.

Le contenu pédagogique du programme a été élaboré par une équipe internationale issue des différentes universités partenaires. Les cours sont dispensés par des professeurs invités ou par le biais de visioconférences.

Ce semestre d’enseignement préclinique, centré sur les sciences biologiques et la recherche, inclut l’accréditation du programme et la validation des examens pour les étudiants dans leur université d’origine.

 

La faculté de médecine de Iasi attire nombre d'étudiants nord-américains, ainsi que pour des raisons historiques de nombreux étudiants israëliens [1]

Medicine in USA is very expensive.

Studying medicine in USA is among the most expensive in the world. Taking in account that there is no financial aid available for international students, prospective student candidate must prove that he has around 25,000$ per year.
Also, most of medical university schools that accept international students are private and annually tuition fee is around 40,000$,
Tuition fees for Public and private medical university schools in USA 10 approximately 10 years ago can up to 35,000 and 50,000$ per year. 
On the annually tuition fee, students must have also a good amount of living expenses during his studies in USA.  
The student who can afford the high cost of medical school programs and living expenses, and has chance to  get into  USA medical school, after getting his  medical degree from the USA, he will be able to practice almost anywhere.
 
Alternative to Studying Medicine in USA
Most medical schools in USA are extremely expensive and the admission is extremely challenging.  Most of that, some public medical schools in USA do not have seats for international medical students and  the acceptance rate for USA resident students do not exceed 50%. 
As alternative, most USA students and International students go for medical university schools abroad. Among most popular university schools abroad, they are medical university schools in East Europe (Romania, Bulgaria, Poland, Hungary, Check, Ukraine, and Russia etc.), Caribbean, China, Italy and Malta and Germany. 
Most of schools of Medicine in these countries are very cheap, easy to get in (no need to have a Bachelor degree, Medical courses (medicine, dentistry, pharmacy, nursing, public health, veterinary medicine etc.,) programs are offered in English, fresh or German, medical degree are worldwide recognized. Premedical education and the MCAT exam are not necessary to gain admissions into medical schools abroad in Europe. High school diploma is enough. Even if some universities organize entrance exam in a medically-oriented field such as Biology, Chemistry and Physics, others accept students based on their academic background. 
USA and international students dreaming to become doctors (in Medicine, Dentistry, Pharmacy, Veterinary Medicine, etc.) may choose to study medicine abroad, especially in Europe
By example they choose to study at Iasi in Romania which is a well-known Faculty of medicine.

Medicine in Romania has a long standing tradition in medical studies and hearth care field. 
The Romanian health care system has been in existence since 1700.   Among  well known  activists  of medicine in Romania, we can mentioned George Emil Palade, the Nobel Prize winner of 1974 in Physiology or Medicine, was born in Iași, in North-Eastern Romania, while Nicolae Paulescu, the discoverer of insulin, was born in Bucharest, Romania.

Medicine in Romania has become one of the major subjects in Europe and beyond. Today Romanian doctors are well appreciated in occidental countries and all over the world and Romanian medical Universities attract thousands of international medical University students every year.  

Most medical University students are attracted by medicine in Romania because of the quality of studies, the possibility of choosing the language of study (Romanian, English, French, Germany or even Hungarian), reasonable tuition fees and living cost, diploma recognized allover Europe and beyond, possibility of medical University transfer, well trained and experienced staff, student mobility, etc.

 

 

Peu après la rentrée académique 2013, Son Excellence M. Philippe GUSTIN, ambassadeur de France en Roumanie, est venu le 12 novembre 2013 à la rencontre des étudiants en médecine français en résidence à IASI, accompagné de M. Alain RAMETTE, directeur de l'Institut français de IASI --> pour lire le compte-rendu de l'allocution de S.E. l'ambassadeur de France --> cliquer ICI

Cette rencontre, qui a beaucoup honoré les étudiants en médecine français de IASI, a permis des échanges fructueux avec S.E. l'ambassadeur de France en Roumanie et avec M. le Recteur de l'UMF IASI ainsi qu'avec Mmes et Mrs les Doyens des différentes Facultés composantes de l'UMF IASI. Les étudiants français ont vivement souhaité qu'une telle visite puisse être renouvelée lors des prochaines années universitaires.

 

Une plaquette sommaire de présentation de la Faculté de médecine de Iași est disponible sur le site web de la faculté, en français ou  en anglais

 

Videos de présentation de la section française et de la section anglaise : 

  Les études de médecine à l’UMF IASI  - section française (Educat in Iasi - UMF studenti franceza - 2013)

 
 
 

TOUR VIRTUEL DE L’UNIVERSITE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE IASI

(Tur virtual al UMF IASI)

 

Plan des locaux de l’UMF IASI

https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/plan_UMF_IASI_locaux_01.jpg

 

Localisation des différents amphithéâtres de lUMF IASI

 

PLAN INTERACTIF DE IASI

https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/video_cine_02.jpg   Le discours du Recteur de l’UMF IASI, M. Vasile Astarastoaie, prononcé à l’occasion l’ouverture de l’année académique 2013-2014

Pour lire le texte du discours traduit en français, cliquer ICI

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/video_cine_02.jpg  L’interview +++ de Michael, étudiant français partie faire ses études de médecine en Roumanie (qui a un discours très "mature" et plein de bon sens et qui nous dit d'ailleurs ne pas vouloir revenir en France pour faire "sa" spécialité ...)

 

Le fait de vouloir revenir en France pour "faire une spécialité" ceci via le classement aux épreuves de l'ECN) est d'ailleurs, à mon avis, "une fausse bonne idée".

En effet, cette solution est :

- d'une part est très aléatoire (tout dépend d'un classement qui réserve très souvent des surprises, même aux "meilleurs des meilleurs" étudiants français qui pensaient avoir très bien réussi les épreuves de l'ECN et qui parfois se retrouvent avec un mauvais classement qu'ils ne comprennent absolument pas ??? !!!) et semée de difficultés

- et d'autre part est à mettre en regard des autres possibilités existant pour se spécialiser que ce soit en Roumanie ou dans d'autres pays européens voire nord-américains (qui offrent souvent des formations de meilleur qualité qu'en France, avec une meilleure "visibilité" dans le cadre d'une reconnaissance internationale des diplômes et qualifications obtenues et octroyant souvent, en regard des fonctions hospitalières exercées au cours de la formation spécialisée, de meilleures conditions de rémunérations à leurs "médecins résidents" [dénomination des étudiants en formation de spécialistes dans ces pays] que celle que n'offre la France à ses "internes de spécialités" [1 400 € par mois versus 5 600 € en Suisse !]  -- cf. sur ce sujet l'article paru sur Le Quotidien du Médecin du 16/10/2014.

Le salaire annuel des internes en radiologie présente de nettes disparités en Europe. Premier échelon de rémunération du cursus, ce facteur pourrait peser sur l’attractivité des pays pour les jeunes internes. Largement en tête, la Suisse (67 500 €/an) est suivie de la Norvège, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Irlande, Suède, Danemark et Finlande, dans une fourchette entre 30 et 40 000 €. La France est 16e avec 17 160 €, faisant moins bien que la Turquie (pays hors UE), l’Italie, le Portugal. À noter, l’internat est payant dans un seul pays, la Géorgie (pays hors UE)

voir l’infographie

Pour aller plus loin, lire l'article paru sur le site du journal Le Monde (30/04/2013), intitulé "L’exil suisse des internes en médecine", qui relate que de plus en plus d'étudiants français ayant fait leurs 6 premières années d'études en France n'hésitent pas à s'expatrier dans d'autres pays européens, pour pouvoir y faire la spécialité de leurs choix (qui plus est dans de meilleurs conditions matérielles et morales qu'en France !).

La solution de passer les ECN en France pour les étudiants ayant fait leurs études hors de France est très  aléatoire et semée de difficultés car l'enseignement en Roumanie par exemple n'est pas orienté comme en France vers cette seule finalité, mais sur celle de former de bons médecins praticiens, tant au niveau des connaissances théoriques que des compétences pratiques. En France, au détriment de la qualité de l'enseignement (non seulement théorique mais aussi pratique), l'enseignement théorique est totalement "focalisé" sur les items de l'ECN qui sont le plus souvent les seuls sujets enseignés dans leurs cours magistraux par les professeurs et les seuls sujets faisant l'objet des contrôles de connaissances.

Qui plus est, en France, l'enseignement pratique (qui est pourtant déjà très mal organisé et qui ne fait même pas l'objet d'un contrôle des acquis à ce titre dans le cursus français, contrairement par exemple à ce qui se passe non seulement en Roumanie mais aussi dans d'autres pays européens [Allemagne, Angleterre, ...]), est encore plus délaissé par les étudiants de D2, D3 et de D4 eux-mêmes (aidés en cela par la complicité des enseignants et de la permissivité du système) qui cherchent à prendre des stages "bidons", non formateurs, où ils peuvent se permettre de ne pas venir, pour pouvoir, en lieu et place de la présence à ces stages de facto "virtuels", disposer de plus de temps libéré pour "bachoter un max", pour "apprendre par coeur" les questions du programme de l'ECN et leurs célèbres "mots-clés" [puisque, pour "récolter" des points, il ne suffit pas d'avoir bien répondu "dans l'esprit" de la réponse attendue à la question posée, mais il faut (impérativement) avoir très précisément et textuellement cité les seuls "bons mots clés" spécifiquement prévus par la grille de correction !!!])

--> lire, à titre d'illustration, ce que dit un médecin dans son post du 16/03/2014 à 10h42 en commentaire sur un article du Quotidien du Médecin  : "J'ai quasi séché tous les cours de ma fac en deuxième cycle mais j'avais un objectif, le concours de l'internat, dont la sélectivité m'a obligé a travaillé"  ... !!!

Ce médecin français ayant fait ses études en France confirme qu'il n'a fait que travailler la théorie relative aux seuls items du concours de l'Internat, qui était le seul but, le seul objectif et la seule finalité qu'il a semblé assigner aux 6 années initiales de l'enseignement médical en France ! Il faut espérer qu"il a mis par contre ses 4 années d'internat (mais c'est court 4 ans !) pour finalement apprendre la vraie médecine et la vraie pratique médicale, dans le domaine (restreint) de sa seule spécialité.

Mais à quoi lui auront donc servi ses 6 premières années d'études de médecine ? A lire son post, on a l'impression que pour lui ce n'était qu'une étape de sélection à franchir sans autre finalité que d'atteindre le seul but qu'il semble avoir eu : réussir le concours de l'internat.  "J'ai quasi séché tous les cours de ma fac en deuxième cycle mais j'avais un objectif, le concours de l'internat, dont la sélectivité m'a obligé a travaillé" : une telle phrase devrait inciter nos universitaires, doyens de Facultés de médecine et professeurs a se remettre en cause et à se poser des questions sur l'enseignement qu'ils dispensent, son adéquation (ou plutôt son inadéquation actuelle) avec la finalité de leur enseignement qui devrait inciter les étudiants en médecine à le suivre pour avoir une vraie et bonne formation théorique et pratique !

 

L'UMF IASI offre vraiment une 2ème chance à de nombreux étudiants ayant un bon niveau et très motivés, mais "stupidement" éliminés par le système français actuel.

A preuve, parmi de nombreux témoignage, celui d'Audry des Yvelines (qui s'est inscrite à l'UMF IASI en médecine générale en 2010) : cf. son post sur le forum  http://medecine-iasi.forumforever.com/t5-Presentations-recensement.htm "Moi c'est Audry des Yvelines, J'étais à P5 (2 p1) puis ensuite à l'école sages-femmes de Foch à suresnes (92)Je ne suis pas dans la première liste vu que j'ai envoyé mon dossier il y a deux semaines mais je suis allé à la faculté et la secrétaire m'a signifié que mon dossier était accepté par la faculté puis qu'elle attendait seulement la lettre du ministère. Donc si tout va bien je suis des votre!".

 

A la vue de tous les témoignages que vous pourrez recueillir sur différents forums consacrés aux études de médecine en Roumanie (et qui sont totalement concordant et unanimes sur le sujet), et au vu de notre propre expérience personnelle --> UN CONSEIL : partez faire vos études à l'UMF IASI dés votre baccalauréat en poche +++++

Je recommande toutefois aux étudiants désirant partir étudier à l'UMF IASI en immédiat "post Bac" de quand même s'inscrire dans un faculté de médecine en France lors de la procédure de pré-inscription à faire avant le Bac, puis à prendre une inscription effective dés que cela se fait après les résultats du Bac fin juin / début juillet par mesure "conservatoire", quitte à annuler secondairement leur inscription des lés résultats de l'admission à l'UMF IASI connus. En effet, actuellement, plus de 500 dossiers (550 en 2014) de demande d'inscription parviennent chaque année à l'ULM IASI au titre de la section francophone de médecine. Il y a donc une sélection de plus en plus forte du fait que seuls les 150 meilleurs dossiers seront acceptés sur les 550 déposés (pour les critères d'évaluation et de sélection des dossiers voir la page " La Faculté de médecine - ADMISSION" de ce blog qui est consacrée à ce sujet). En conséquence, malgré la qualité potentielle de votre dossier, vous ne pouvez pas avoir une totale assurance de votre acceptation à l'UMF IASI, tant que la publication de la liste principale et de la liste complémentaire des candidats déclarés admis n'aura pas eu lieu (cette procédure est finalisée sur la dernière semaine du mois d'août). Et en cas de rejet de votre demande d'inscription à l'UMF IASI, il vous faut une alternative de rechange ....

L'arrivée des étudiants français en médecine en immédiat "post Bac" (sans inscription préalable en PACES en France) est actuellement grandement facilitée car tout est dorénavant fait pour faciliter leur arrivée, leur installation et leur adaptation à leur nouveau cadre et contexte de vie à IASINon seulement plusieurs associations étudiantes (très dynamiques, en particulier l'ASEI [Assoc Asei sur Facebook et site web ASEI]) d'étudiants francophones se sont créées à l'UMF IASI pour soutenir, accompagner et aider les nouveaux arrivants mais également l'ambassade France en Roumanie organise dorénavant, dés la rentrée universitaire, des rencontres pour les étudiants français non seulement avec S.E l'ambassadeur de France en Roumanie (actuellement M. François Saint Paul) qui vient spécialement à IASI pour ce faire (soit à l'Institut français de IASI soit même à l'UMF IASI), mais aussi, dans le cadre de permanences assurées au sein de l'Institut français de IASI, avec le consul de France en Roumanie (actuellement M. Alexis-Gilles GRAND) souvent accompagné du chargé de mission pour la coopération universitaire (actuellement Mme Justine Lacousse).

Vu le peu de chance que vous avez en France d'être reçu du premier coup au concours de la PACES, vous éviterez (pour la plupart) un redoublement quasi assuré qui pourtant ne vous assurera pas, lui, votre réussite à la fin du redoublement de votre première année. Par ailleurs, vous économiserez de l'argent en n'ayant pas à vous inscrire à des prépas privés de plus en plus chères.

Au total, en vous inscrivant à l'UMF IASI dès l'obtention de votre Bac, non seulement vous ferez dés économies d'argent et de temps d'études, mais qui plus est, vous bénéficierez durant les 6 années du cursus de médecine générale ou dentaire, d'une formation de bien meilleure qualité qu'en France, comme en atteste les nombreuses certifications internationales qui ont été octroyées à l'UMF IASI par des organismes évaluateurs européens et internationaux indépendants (et dont aucune faculté de médecine ou dentaire en France ne bénéficie), avec une formation non seulement théorique de bon niveau mais aussi pratique excellente, ce qui n'est pas le cas actuellement en France pour ce qui est de la pratique clinique (qui est tardive dans le cursus, très mal organisée, très mal encadrée, non évaluée et sans aucun contrôle des acquis à ce titre, ce que nous pouvons affirmer publiquement sans risque d'être démenti par aucun doyen de faculté de médecine de France !!! [puisque de nombreux rapports  officiels - toujours restés sans suite ... - émanant tant de l'administration de la santé que du milieu universitaire ont dénoncé cet état de fait]).

 

Les points de vue ci-dessus ne font d'ailleurs que retracer ceux du Pr Guy VALLANCIEN (entre autres professeur à l'Université Paris Descartes, membre de l'Académie Nationale de Médecine et de l'Académie Nationale de Chirurgie, fondateur et président de l'Ecole Européenne de Chirurgie et de la Convention on Health Analysis and Management (CHAM) et chargé de mission et rapporteur au Ministère de la Santé [2002-2012])  [1] que tout un chacun peut lire dans les articles qu'il a publié dans différents médias (journal Le Monde, entre autres ...) et qu'il a souvent repris dans le blog qu'il tient par ailleurs sur le site web du journal Le Monde.

Les étudiants français formés en Roumanie ont un bon niveau. Le Pr Guy VALLANCIEN le confirme, écrivant sur le blog du journal Le Monde : « La Roumanie, on le sait, a développé un enseignement de bonne qualité pour former des médecins généralistes … La misère de certaines universités française ne plaide guère pour notre modèle »

 

Pour "aller plus loin"  sur les sujets évoqués ci-dessus, lire :

http://sante2020.blog.lemonde.fr/2013/05/30/etudes-de-medecine-leurope-regne/

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/formation/les-liberaux-de-sante-manifestent-pour-faire-fermer-pessoa#comment-30194

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/certaines-facs-etrangeres-sont-peut-etre-bien-meilleures-quen-france

 

 

https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/UMF_in_media_01.jpg

 

 

  https://static.blog4ever.com/2014/01/761931/TED_med_IASI_01.jpg

 

[1] avant la 2ème guerre mondiale, 1/4 de la population de la ville de Iasi était juive (d'où la grande synagogue de Iasi, une des plus grande d'Europe). Malheureusement, pendant la 2ème guerre mondiale, de terribles  progroms ont ravagé cette population qui a fortement décru (et qui a continué à décroître même après la guerre, lorsque de nombreux juifs ont émigrés vers le nouvel état d'Israël).

Actuellement, il existe un vol direct Iasi <-> Tel-Aviv opéré par TAROM.

 

 [2]  à propos de Pr Guy Vallancien :

Chirurgien urologue, professeur à l'Université Paris Descartes, membre de l'Académie Nationale de Médecine et de l'Académie Nationale de Chirurgie, spécialiste en cancérologie, Consultant à l'institut Montsouris, ancien secrétaire général de l'Association Francaise d'Urologie, ancien trésorier de la Société Internationale d'Urologie. Auteur de 300 publications scientifiques. Fondateur et président de l'Ecole Européenne de Chirurgie (2001) et de la Convention on Health Analysis and Management (CHAM).en 2009. fondateur et membre du Cercle Santé Société (2006) Chargé de mission et rapporteur au Ministère de la Santé 2002-2012. CV détaillé et liens d'intérêts sur le site:  www.vallancien.fr

 

Si vous avez d'autres informations sur les études de médecine en Roumanie, n'hésitez pas à les communiquer via les commentaires, cela peut être utile aux personnes qui souhaitent se lancer dans l'aventure !


04/07/2015
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Santé & Bien-être pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 709 autres membres